Accorderas-tu une dernière danse à Mata Hari ?

Récemment, j’ai lu un livre qui m’a vraiment beaucoup émue. L’espionne de Paulo Coelho. C’est un petit bouquin qui me faisait envie depuis quelques mois déjà.

Je vais essayer de ne pas t’en dévoiler trop sur ce livre (même si c’est très compliqué parce que je l’ai beaucouuuuup aimé! ) afin que tu puisses garder l’effet de surprise lors de ta lecture.

L’auteur romance l’histoire de Margaretha Geertruida Zelle dit Mata Hari, femme du début du XX siècle, artiste danseuse, en quête de voyage et de liberté. Les pages de ce livre dépeignent le portrait d’une femme aux multiples visages, difficile à cernée, mystérieuse, passionnée et passionnelle.

Naît « trop tôt » pour une femme aux envies grandissantes d’indépendance, son destin sera finalement scellé par une société patriarcale angoissée sous le climat de la première guerre mondiale.

 

mata hari psychevibes

Albums Reutlinger, Mata Hari, tome 39, vue 6, Gallica/BnF

 

 

Mata Hari nourrit un désir ardent de quitter son pays natal. Durant sa jeunesse, elle se retrouve de nombreuses fois abusée sexuellement, victime de rapports violents et forcés. Les témoignages d’autres femmes de son époque à propos de l’amour et de son pouvoir plus que « destructeur » n’aidant pas, elle en tire des leçons et se construit une image assez désastreuse de « l’amour » et de ses conséquences.

Elle prend la décision de tout quitter et d’aller chercher la vie dont elle rêve tant, avec son courage et sa volonté comme « seule » richesse.

Arrivée à Paris, elle réussi à se faire un nom en tant qu’artiste en donnant des spectacles de danses dite orientales. Ainsi, elle arbore un style sulfureux, se fait jalouser de toutes, se fait envier de tous et attire énormément l’attention sur elle. Mata Hari se construit une vie de frivolités et de danses. Elle fréquente l’Elite parisienne et donne à voir au public les parties de son corps les plus intimes en se construisant sa propre vision de la liberté.

 

« Prostituée, oui. Espionne, jamais »

 

 

l'espsionne paulo coelho

 

 

J’ai ressenti beaucoup d’émotions différentes en lisant ce livre, d’abord du dégoût, puis de l’incompréhension, de la peine , de la compassion et enfin de l’admiration. A la fois encouragée par l’amour (qu’elle refoule néanmoins) et trahie par ce dernier, Mata Hari ne cesse d’aimer, qu’elle le veuille ou non. C’est d’ailleurs son amour pour Paris qui la rattrapera et qui déterminera la fin de son combat pour la liberté.

J’ai trouvé ce roman magnifique, je me suis retrouvée plusieurs fois avec des frissons, ce livre m’a beaucoup touchée.

C’est le roman d’une femme digne, défendant son honneur mais complexe à comprendre, qui se voulait indépendante mais qui avait surtout sa propre notion de l’indépendance à l’époque à laquelle ce mot n’était pas vraiment permis aux femmes. (D’ailleurs, danse ce livre, tu pourras également trouver des références à Hélène Brion.)

 

« J’avais été baptisée avec le sang de la femme d’Andreas et, grâce ce baptême, j’étais libre pour toujours, bien que nous ne sachions, ni lui ni moi, jusqu’où cette liberté me mènerait. »

Publicités

5 commentaires sur « Accorderas-tu une dernière danse à Mata Hari ? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s